FRANCK DE VISME, photographe spécialisé en culinaire à Paris.

Culinaire
Portrait de la semaine

Franck DE VISME a longtemps été photographe reporter de l’agence Gamma (fondée par Raymond Depardon après-guerre).

Après avoir parcouru la planète pour cette agence, -mais également en tant que guide de circuits aventures avec notamment beaucoup de trekking dans l’Himalaya-, Franck s’est lancé en free-lance pour traiter des sujets de sociétés et des reportages sur les populations et leurs coutumes en général et en particulier celles d’Asie du Sud Est.

Au cours de toutes ces années il a pu toucher à tous les domaines de la photo : reportages, book, photos culinaires ou portraits de chefs. Il se consacre également à la réalisation de reportages filmés sur ces mêmes thèmes.

Comment êtes-vous devenu photographe et pourquoi le culinaire en particulier ?

« Depuis très jeune j’ai toujours eu une attirance pour la photographie et notamment au travers de mes livres de chevet de Henri Cartier-Bresson, Avedon, Brassaï, Salgado, Frank et tellement d’autres…

La rencontre d’un ami avec qui j’ai traversé le Nil (Egypte) lorsque j’avais 20 ans n’a fait qu’entretenir cette attirance car ses photos et sa façon de faire m’ont vraiment fasciné et je me suis juré de devenir aussi bon que lui plus tard.

Pourquoi le culinaire ? je dirais par intérêt personnel pour la gastronomie et le bien manger mais aussi parce que lorsque l’on voyage, la nourriture est un élément essentiel de rencontre et de partage.

Pour finir, j’ai réalisé et produit des centaines de films sur la nourriture ou d’interviews de chefs et des dizaines de milliers de photos pour une App de recommandation de bons endroits. »

Comment qualifieriez-vous votre style en quelques mots ?

« Intime et émotionnel. J’aime regarder dans le regard des gens et les faire sourire. Jamais de zoom, toujours une focale fixe… Soit 85mm pour les portraits soit un bon 50mm pour les scènes de rue.

Invisible aussi, car c’est ainsi qu’il faut devenir pour avoir les plus belles photos dans l’intimité des personnes. Faire que plus personne ne fasse attention au photographe car il fait partie du décor. Cela implique aussi d’être très patient et capable de se fondre dans le cadre. »

Pour quel type de clients travaillez-vous ?

« Je travaille pour des magazines de voyages et de food, des chefs, des hôtels et des clients en direct pour des portraits individuels ou corporate. »

Quelles sont les qualités propres à un photographe culinaire ?

« Pour le chef et son art : bien écouter et comprendre ce qui lui est propre, et être capable de faire de belles images claires en épurant le décor. Le 100mm macro est mon objectif favori pour la nourriture. »

Pourquoi un client devrait-il choisir un.e photographe professionnel.le spécialisé.e ?

« Parce que même si chacun se sent capable de faire des photos correctes pour Instagram, rien ne remplacera jamais l’approche et l’œil d’un photographe expérimenté. »

Avez-vous un projet à partager ? Un projet qui vous a tenu à cœur ?

« J’ai fait un double travail photo et film à la Table, le restaurant gastronomique de l’hôtel Clarance à Lille (1 étoile Michelin) avec le chef Thibaut Gamba et c’était extraordinaire.  Il y avait une énergie et une exigence dans cette petite cuisine que j’avais rarement ressenties.
Le chef est ultra doué et d’une rare humanité. »

« Durant ce reportage au Clarance, ce qui était incroyable c’est le contraste entre la salle à manger ultra feutrée et la zone des cuisines qui étaient un peu comme un champ de bataille, des commis qui s’activent et courent dans tous les sens, des ordres qui fusent, le tableau complexe des commandes (avec 18 services) et surtout pour finir un sol transformé en patinoire sur lequel j’ai failli tomber une bonne dizaine de fois. Une vraie expérience de 4 heures non-stop vraiment exceptionnelle. »

Article illustré par notre photographe Franck De Visme, à Paris

Retrouvez tous nos photographes culinaire en France sur notre Site